AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Homosexualité : innée/acquise ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Homosexualité : innée/acquise ...   Ven 05 Fév 2010, 1:38 pm

Hello,

Après un long silence (et tjs pas de boulot de psy au pays de la frite...), me revoici pour vous soumettre cet article belge qui me questionne beaucoup, et qui a été aussi commenté sur le Monde :

http://levif.rnews.be/actualite/belgique/72-56-45965/-on-nait-homosexuel-.html#

Qu'en pensez-vous ?
Il y a quelque chose d'aliénant et d'inquiétant dans ces recherches du tout biologique je trouve, et bien sûr, retour des anti-Freud et anti-psychanalyse...
No
Revenir en haut Aller en bas
xoxo
Princesse
Princesse


Féminin Nombre de messages : 4900
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Ven 05 Fév 2010, 9:09 pm

est-ce que la psychanalyse a des choses intéressantes à dire sur l'homosexualité? je pense que non.

un article qui résume un peu mon point de vue, ou du moins avec lequel je suis d'accord:

http://www.sexactu.com/2010/02/05/stress-detresse/

Citation :










Stress et détresse





5 Feb 2010 à 10h31 • Maïa Mazaurette

Tags : Auzaaaaarmes citoyens ! Rangeeez vos pantalons !, Marchons ! Marchons ! Qu'une génétique impure abreuuuuve nos passions !




L’homosexualité est-elle innée ou acquise ? Ou les deux ? On est repartis pour un tour dans le débat, avec un nouveau chercheur qui vient faire pencher la balance côté inné.
Il explique que l’homosexualité est provoquée par
une interaction entre des facteurs génétiques et hormonaux dans
l’embryon. Plusieurs études suggèrent en effet qu’un stress très
important subi par la mère durant la grossesse pourrait déséquilibrer
la machine hormonale de l’embryon et influencer durablement son
orientation sexuelle.
Je n’ai pas la réponse à la question de l’homosexualité, du haut de
mon bac -3 en sciences. Mais je ne suis fan ni des explications
psychanalytiques (bhaaa) ni de cette thèse génético-hormonale, qui
m’embête pour pas mal de raisons :
- Les gays seraient un peu des femmes, prenant les “caractères
comportementaux du sexe opposé” (et les lesbiennes seraient un peu des
hommes). Les caractères comportementaux en question étant contestés, ça
me ferait mal. Bonjour le retour des gays femmelettes, fillettes,
efféminés… et des butch poilues. Non seulement ce n’est en rien
libérateur pour les homos, qui se retrouvent anormaux parmi les freaks
(même si cette fois ils n’ont pas choisi), mais ça conforte chacun dans
son petit genre minuscule : chacun sa place, et liberté pour personne.
- Tiens, une fois encore, c’est la faute de la mère. Comme avec
l’autisme à l’époque. Donc pour “dédouaner” les homos de leur
homosexualité, on culpabilise maman. Et quand le père, gros homophobe
dégueu, se rendra compte que Julien préfère Nicolas, il pourra taper
bobonne à coups de fer à repasser (bobonne qui en sera réduite, pour
peu qu’elle soit elle-même homophobe, et soyons honnête la plupart des
gens sont tolérants tant qu’on ne parle pas de leurs gosses, à mourir
persuadée d’avoir été une mauvaise mère). Pour peu que ce soit Julien
lui-même qui déteste son homosexualité, il pourra faire un procès à ses
parents.
- Et sinon, les bis ? Hello ?
Comme je l’écrivais, je n’ai pas de réponse pratique sur
l’homosexualité (ni sur l’hétérosexualité, d’ailleurs). Peut-être que
ce chercheur a raison et que l’univers est un endroit très déprimant où
on meurt à la fin. Mais sa théorie, je ne l’apprécie pas. Je ne vois
pas en quoi il serait socialement plus acceptable d’être la victime
d’un désordre hormonal. En revanche, je vois trop bien comment une
opinion fondée sur de vieux manichéismes hommes/femmes pourrait se
retourner contre ceux qui ne rentrent pas dans le moule – lopettes et
camionneuses en deuxième ligne, juste derrière leurs mères stressées.
L’enfer est pavé de bonnes intentions.


Revenir en haut Aller en bas
Xxxxxxx
Mon ordi c'est mon ami
Mon ordi c'est mon ami


Féminin Nombre de messages : 1511
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Ven 05 Fév 2010, 9:39 pm

Clémence Poï Poï Poï a écrit:
est-ce que la psychanalyse a des choses intéressantes à dire sur l'homosexualité? je pense que non.

Des choses intéressantes, je ne sais pas - mais des choses probablement...
Reste qu'en pratique, un(e) psychanalyste ne peut pas être homosexuel(le) pour la majeure partie (voire toutes ?) les sociétés de psychanalystes...

Isa.
Revenir en haut Aller en bas
Ciou
i'm not an addict
i'm not an addict
avatar

Féminin Nombre de messages : 955
Age : 32
Localisation : Psychologue clinicienne
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Ven 05 Fév 2010, 10:06 pm

En tout j'ai été effarée de voir que le film sur l'homosexualité avait été censuré dans les écoles. Donc apparemment notre chère société en est encore là...c'est affligeant. Qu'est-ce-qu'ils s'imaginent? Qu'en voyant ce film les gosses vont devenir homo? Ca prouve que beaucoup voient encore l'homosexualité comme une perversion, un comportement sale et déviant qu'on fait semblant de tolérer. Bref, j'aurais vraiment trop honte à leur place...
Revenir en haut Aller en bas
SOA
Petit(e) Névrosé(e)
Petit(e) Névrosé(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 36
Localisation : Psy
Date d'inscription : 09/12/2009

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Sam 06 Fév 2010, 1:17 am

Je crois savoir que l'argument avancé était que l'âge auquel devait être visualisé cette vidéo était bien jeune pour aborder la sexualité. Après, la vidéo en question abordait plutôt une histoire d'amour entre deux poissons mâles qu'une histoire de sexualité. Mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
xoxo
Princesse
Princesse


Féminin Nombre de messages : 4900
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Sam 06 Fév 2010, 3:29 am

oui alors que mettre des nanas à oilp pour vendre des brocolis à la télé, là pas de soucis...

ya sexualité et sexualité apparemment...

par contre quand ya puritanisme, ça m'a l'air bien clair.
Revenir en haut Aller en bas
xoxo
Princesse
Princesse


Féminin Nombre de messages : 4900
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Sam 06 Fév 2010, 3:36 am

Isabulle a écrit:
Clémence Poï Poï Poï a écrit:
est-ce que la psychanalyse a des choses intéressantes à dire sur l'homosexualité? je pense que non.

Des choses intéressantes, je ne sais pas - mais des choses probablement...
Reste qu'en pratique, un(e) psychanalyste ne peut pas être homosexuel(le) pour la majeure partie (voire toutes ?) les sociétés de psychanalystes...

Isa.

pour formuler autrement mon propos, je trouve que les psychanalystes ne sont pas là pour créer du discours sur les personnes et a fortiori de commenter les questions de sociétés, style "ces enfants qui deviennent violents, quelle part de responsabilité pour les jeux videos" ou encore "les homos peuvent ils adopter" on trouvera toujours un psychanalyste pouir la ramener là où c'est pas du tout sa place ni sa fonction. d'où pou moi l'idée que produire un discours sur la genèse de l'homosexualité n'a pas de sens. Freud a tenté des explications à une époque où c'était considéré clairement comme une perversion, là pour le coup y'a une question de contexte. que ton-ta patient-e soit homo, ça ne dit rien en soi de sa demande, donc ça n'intéresse pas en premier lieu et dans une question de "quelle genèse ce comportement sexuel" si le patient lui même ne se trouve pas en souffrance ou en questionnement.

sans parler des bisexuels qui ne sont même pas envisagés.... ou du moins pas serieusement...

enfin, il y a pas d'homosexualité mais des homosexualités à mon sens.


et puis on ne va jamais questionner le pourquoi d'une hétérosexualité, mais plutot éventuellement ses modalités. donc pourquoi focaliser sur l'homosexualité.
Revenir en haut Aller en bas
Ciou
i'm not an addict
i'm not an addict
avatar

Féminin Nombre de messages : 955
Age : 32
Localisation : Psychologue clinicienne
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Sam 06 Fév 2010, 4:45 am

Clémence Poï Poï Poï a écrit:
oui alors que mettre des nanas à oilp pour vendre des brocolis à la télé, là pas de soucis...

ya sexualité et sexualité apparemment...

par contre quand ya puritanisme, ça m'a l'air bien clair.

Oui ou montrer des cadavres sanguinolents au JT à l'heure où toute la famille est bien gentiment à table, là y a pas de soucis non plus.
Hypocrisie de merde.
Revenir en haut Aller en bas
surmouate
Jisex and sun
avatar

Masculin Nombre de messages : 732
Localisation : compositeur de musique d'aquagym
Date d'inscription : 04/08/2008

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Dim 07 Fév 2010, 1:40 am

pour ma part je rejoins le point de vue de clem. si la psychanalyse à son mot à dire sur ce qui vient nier le sujet dans l'évolution sociétale, elle ne peut pas se poser en juge morale sur des questions comme l'homosexualité et bien d'autres.

Le rôle de la psychanalyse n'a pas d'autres but que de travailler ce qui chez un sujet vient l'ébranler et jouer contre lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
ZzZ
Petit(e) Névrosé(e)
Petit(e) Névrosé(e)


Masculin Nombre de messages : 320
Age : 48
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   Dim 07 Fév 2010, 3:18 pm

Clémence Poï Poï Poï a écrit:
d'où pou moi l'idée que produire un discours sur la genèse de l'homosexualité n'a pas de sens. Freud a tenté des explications à une époque où c'était considéré clairement comme une perversion, là pour le coup y'a une question de contexte.
Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le non-sens de cette volonté de genèse unifiée et le risque du prédictif qu'elle comporte.

Freud, dans un texte de 1920 aborde ce risque. Il explique qu’en partant du résultat final, on a l’impression d’une compréhension complètement satisfaisante.
Citation :
« Mais si nous prenons la voie inverse, si nous partons des présuppositions découvertes par l’analyse et si nous cherchons à suivre celles-ci jusqu’à leur résultat, alors l’impression d’un enchaînement nécessaire et qu’il serait impossible de déterminer autrement nous quitte complètement. Nous remarquons aussitôt qu’il aurait pu également en résulter quelque chose d’autre, et cet autre résultat nous aurions pu tout aussi bien le comprendre et l’expliquer »
. Il conclue ce paragraphe méthodologique en disant que :
Citation :
« Nous ne savons jamais d’avance lesquels de ces facteurs déterminants se montrerons les plus faibles ou les plus forts. C’est seulement à la fin que nous disons de ceux qui se sont imposés qu’ils étaient les plus forts. De la sorte la causalité dans la direction de l’analyse peut chaque fois être sûrement connue, alors que sa prédiction dans la direction de la synthèse est impossible »
. Cette prudence théorique et ce respect de la singularité de chaque situation clinique me semble centrale quelle que soit la thématique sur laquelle on s'interroge.

Pour ceux qui veulent lire la totalité de la démarche cf. Freud S. (1920) « Sur la psychogenèse d’un cas d’homosexualité féminine » in Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 2002, p. 266.

Sinon, je suis aussi d'accord sur le fait que, si la psychanalyse permet de penser quelque chose de l'homosexualité c'est en pensant les homosexualités de la même façon qu'on pourrait parler en terme d'hétérosexualités. Unifier les homosexuels c'est unifier des comportements (et encore, il y a toutes sortes de comportements/pratiques) ce qui me semble assez éloigné d'un référent psychanalytique qui pense plutôt des positionnements subjectifs.
L'unification c'est aussi oublier que la question de la structure est là. Même si je ne suis pas le plus extrême des structuralistes, quel sens ça a d'unifier un névrosé, un psychotique et un pervers qui auraient des pratiques homosexuelles ?

Bref, simplement à partir de ces quelques éléments, je trouve qu'on voit bien la prudence qu'il faut avoir et la nécessité d'avoir une rigueur et une humilité. On ne peut pas tout saisir, tout comprendre en un claquement de doigt. Est-ce que cette tentative ne viendrait pas notamment porter une part défensive pour bien isoler ce qui est de soi et ce qui est l'autre qu'on voudrait tellement éloigné de soi ?
D'où le problème que peuvent poser les bisexuels parce qu'ils viennent représenter une certaine continuité entre hétérosexualité et homosexualité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Homosexualité : innée/acquise ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Homosexualité : innée/acquise ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'art est-il inné ou acquis ?
» Inné / acquis
» La philosophie innée
» innéquation trigo:
» admise en L2 avec UE fondamentale non acquise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: .: ENTRE NOUS :. :: Discussions psy-
Sauter vers: